Devenir sage-femme implique 5 années d’études, dont 4 sont effectuées en école spécialisée. Ce parcours débouche sur la délivrance du diplôme d’État de sage-femme, reconnu au grade de Master. L’accès aux écoles de maïeutique se fait sur sélection en fonction du classement des candidat(e)s au concours organisé à la fin de la PACES. Définition du métier, sélection effectuée à l’issue de la première année, contenu des cours pendant la formation : l’organisme de classes préparatoires aux métiers de la santé Supexam vous détaille les études de sage-femme.

La maïeutique et le métier de sage-femme

Les origines et la définition du terme “maïeutique”

Le substantif “maïeutique” est emprunté au grec ancien signifiant “art d’accoucher”. À l’époque, il désigne particulièrement la méthode d’enseignement de Socrate : aujourd’hui encore, la maïeutique est définie comme l’art de conduire l’interlocuteur à découvrir et à formuler les vérités qu’il a en lui, dans la philosophie socratique.

 

Mais dans le domaine de la santé, la maïeutique désigne aujourd’hui la partie de l’obstétrique qui concerne la pratique de l’accouchement. La maïeutique est assurée essentiellement par les sages-femmes.

En quoi consiste le métier de sage-femme ?

La femme sage-femme ou l’homme sage-femme est spécialiste des grossesses normales. Il ou elle suit les femmes enceintes dont il ou elle a la charge, depuis le diagnostic de la grossesse jusqu’au jour de l’accouchement. Au fil des mois, il ou elle anime des séances de préparation à la naissance, prescrit et effectue tous les examens nécessaires. Responsable du déroulement de l’accouchement, c’est le maïeuticien ou la maïeuticienne qui pose le diagnostic du début du travail, dont il ou elle suit l’évolution.

 

Grâce à des technologies tels que le monitoring ou les échographies, la sage-femme assure la plupart des accouchements, sauf en cas de complications. Après l’accouchement, il ou elle s’occupe du nouveau-né et surveille aussi le rétablissement de la mère, puis lui délivre des conseils liés à l’allaitement et à l’hygiène du bébé. Enfin, la sage-femme peut également assurer le suivi gynécologique : prescription de contraceptif, pose de stérilet et implant, etc.

supexam-etude-pour-devenir-sage-femme-prepa-sage-femme

Les écoles de sage-femme désertées par les hommes

Dans “sage-femme“, l’élément “femme” fait référence à la femme enceinte, et non au sexe de la personne qui exerce le métier. La terminologie la plus juste est donc de parler de femme sage-femme ou d’homme sage-femme. On pourra également employer les termes de maïeuticienne ou maïeuticien. Mais dans les faits, les hommes ne représentent qu’une très faible minorité du métier : les professionnels de sexe masculin sont actuellement moins de 3 %.

Devenir sage-femme : un passage par la 1ère année de médecine

La PACES : la première année de médecine

La PACES est la Première Année Commune aux Études de Santé. Elle constitue le passage obligatoire pour quiconque souhaite devenir sage-femme, mais également :

  • médecin généraliste ou spécialisé
  • pharmacien
  • dentiste

Le programme des cours de PACES

Les cours de médecine de 1ère année proposent un programme extrêmement dense incluant des UE (Unités d’Enseignement) communes à toutes les spécialisations :

  • UE 1 : chimie, biochimie et biologie moléculaire
  • UE 2 : histologie et biologie cellulaire
  • UE 3 : physique, biophysique et physiologie
  • UE 4 : biostatistiques

Dès le 2nd semestre, l’étudiant(e) peut choisir son UE de spécialité. Pour celles et ceux ambitionnant de devenir sage-femme, cette UE sera la maïeutique.

Du concours de médecine au concours de sage-femme

Deux concours rythment la PACES, un à chaque semestre. À l’issue du 1er semestre, tous les étudiants passent un seul concours et sont jugés sur les cours d’UE qu’ils ont suivies en commun. Mais selon les filières choisies, des coefficients différents sont affectés aux matières. Au 2nd semestre, les étudiants conservent un tronc commun mais suivent l’UE spécifique à la ou aux filière(s) choisie(s) – en l’occurrence, la maïeutique.

supexam-etude-pour-etre-sage-femme-maieutique

Cours de médecine : l’Unité d’Enseignement spécialisée en maïeutique

Dans le cadre de l’unité spécifique maïeutique, vous pourrez étudier par exemple :

  • le liquide amniotique
  • le développement et la circulation placentaire
  • l’examen anatomopathologique
  • les échanges materno-fœtaux et placentaires
  • la fonction endocrine du placenta
  • l’immunologie de la grossesse

Prépa sage-femme : les formules de Supexam pour réussir les concours PACES

Dès le lycée et ce, jusqu’aux dernières heures précédant chaque session de concours, Supexam vous entraine pour mettre toutes les chances de votre côté et accéder à la 2ème année des études de sage-femme. Pour en savoir plus sur nos formules et vous inscrire, téléchargez gratuitement notre brochure.

Les 2ème et 3ème années des études de sage-femme : l’apprentissage théorique

Les disciplines traitées au cours des premières années de formation pour sage-femme

Les premières années d’études pour être sage-femme se concentrent sur les matières propres à la maïeutique. Les cours traitent ainsi des disciplines suivantes :

  • obstétrique
  • embryologie
  • pédiatrie
  • physiologie
  • anatomie
  • néonatologie
  • microbiologie
  • virologie
  • histologie
  • pharmacologie
  • sciences humaines et sociales
supexam-formation-de-sage-femme-etude

La langue étrangère et les stages

Les étudiant(e)s suivent également des cours en langue étrangère (anglais) en relation avec le champ médical. Des stages de courte durée complètent la formation théorique par une approche du métier.

Un premier diplôme de sage-femme niveau Licence

L’étudiant(e) ayant validé ses 6 semestres (comprenant ceux de la PACES) obtient le Diplôme de Formation Générale en Sciences Maïeutiques (DFGSMa), reconnu au niveau Licence.

Les 4ème et 5ème années de formation de sage-femme : la professionnalisation

Le stage clinique

En plus de l’acquisition de connaissances théoriques, concrétisée par la soutenance d’un mémoire en fin de cycle, les étudiant(e)s se familiarisent davantage avec le milieu professionnel. Ils/elles réalisent en 5ème année un important stage clinique, d’une durée de 6 mois.

Un contenu modulable pendant les dernières années d’études pour devenir sage-femme

Le contenu de ces 2 années d’études est modulable en fonction du parcours personnalisé de l’étudiant(e), déterminé selon ses choix professionnels : exercice en libéral, dans la fonction publique hospitalière, ou encore en laboratoire.

supexam-concours-de-sage-femme-formation

Un deuxième diplôme de sage-femme niveau Master

Depuis 2015, la validation de la 5ème année est sanctionnée par la délivrance du diplôme d’État de sage-femme et du Diplôme de Formation Générale en Sciences Maïeutiques (DFASMa) qui est reconnu au grade de Master.

Une formation de sage-femme qui peut être complétée

On notera que cette formation peut être complétée par un diplôme universitaire (DU) relatif au métier choisi. Exemples :

  • DU de santé publique
  • DU de prise en charge des grossesses à haut risque et recherche clinique
  • DU de sexologie

LES INTERNAUTES AYANT CONSULTÉ CET ARTICLE ONT ÉGALEMENT RECHERCHÉ

  • devenir sage femme sans bac
  • école de sage femme privée
  • sage femme étude