L’infirmier délivre des soins à des patients suite à une prescription médicale ou de sa propre initiative. La réalisation de ces soins implique des qualités techniques, relationnelles et préventives. Outre la dispense de soins, les principaux axes du métier sont : la surveillance clinique des patients, la mise à jour de leurs dossiers médicaux, la communication d’informations à l’équipe médicale, aux patients ainsi qu’à leurs familles.

Le métier d’infirmier vise à :

  • Protéger, maintenir, restaurer et promouvoir la santé physique et mentale des patients ou l’autonomie de leurs fonctions vitales physiques et psychiques en vue de favoriser leur maintien, leur insertion ou leur réinsertion dans leur cadre de vie familial ou social.
  • Concourir à la mise en place de méthodes et au recueil des informations utiles aux autres professionnels, et notamment aux médecins pour poser leur diagnostic et évaluer l’effet de leurs prescriptions.
  • Participer à l’évaluation du degré de dépendance des personnes.
  • Contribuer à la mise en œuvre des traitements en participant à la surveillance clinique et à l’application des prescriptions médicales contenues, le cas échéant, dans des protocoles établis à l’initiative des médecins prescripteurs.
  • Participer à la prévention, à l’évaluation et au soulagement de la douleur et de la détresse physique et psychique des patients.

Source : code de la santé publique (Article R4311-2)

Un métier diversifié

L’infirmier peut exercer au sein de différents milieux : hôpitaux, médecine du travail, écoles, maisons de retraite, EHPAD, associations humanitaires, domicile du patient, … En milieu hospitalier, il peut s’investir dans des services très variés (ex : maternité, cardiologie, urgences médicales, neurologie, psychiatrie, gériatrie, …). L’infirmier y encadre une équipe d’aides-soignants et collabore avec d’autres professionnels de santé : médecins, anesthésistes, chirurgiens, manipulateurs en radiologie médicale…

En fonction du cadre où il exerce, il est donc amené à fréquenter toutes sortes de patients. Cette multiplicité de choix professionnels constitue indéniablement l’une des richesses du métier.

  • Nombre d’Infirmiers : de 550 000 à environ 600 000
  • Croissance annuelle : +3,1%
  • Répartition par sexe : 88% de femmes et 12% d’hommes
  • Répartition salariés – libéraux : 72,7% de salariés, 14,4% en libéral, 12,9% dans l’humanitaire
  • Age moyen : 40 ans
  • Pourcentage d’infirmiers de moins de 35 ans : 23%
  • Taux de chômage : 1,8%

Sources : DREES, ADELI, Ministère du Travail

Un métier d’avenir

En raison du vieillissement de la population en France qui accroit considérablement les besoins en soins, le nombre de professionnels est en constante augmentation. On recrute fortement dans des secteurs comme la gériatrie et la psychiatrie. Par ailleurs, les demandes de prise en charge à domicile des patients sont en nette croissance. D’une manière générale, un Infirmier Diplômé d’Etat trouve facilement un emploi quels que soient le domaine et le secteur recherchés.

Evolutions professionnelles et spécialisations

  • Cadre de Santé : Après quatre ans d’exercice professionnel, il est possible de préparer le concours de cadre de santé qui débouche sur un poste d’encadrement au sein d’un service hospitalier ou un poste de formateur au sein d’un institut de formation en soins infirmiers (IFSI). Ce concours se prépare généralement en interne (12 mois de formation).
  • La Puériculture : La puériculture est une spécialité accessible directement après l’obtention du Diplôme d’Etat d’infirmier. La spécialisation s’obtient au terme d’une année d’études supplémentaire (10 mois de formation) et débouche sur un poste d’infirmière puéricultrice. Son rôle est de soigner et d’accompagner de jeunes patients (l’âge des patients variant de 0 à 15 ou 18 ans selon les services) en leur proposant, lorsqu’il s’agit d’enfants, des activités d’éveil et de développement. L’infirmière puéricultrice peut exercer dans différents secteurs : maternité, centre de PMI (protection maternelle infantile), crèche, service de pédiatrie, … Elle a la possibilité, au bout de cinq ans d’ancienneté, de devenir directrice d’une structure d’accueil de jeunes enfants ou d’atteindre le grade de cadre de santé et directrice des soins. Elle travaille au sein d’une équipe pluridisciplinaire composée d’auxiliaires de puériculture, de médecins, de pédiatres, voire de travailleurs sociaux, éducateurs de jeunes enfants (selon les structures), sur une base de 35h par semaine. Elle exerce sur une amplitude horaire variant selon les structures : 7 à 19h en crèche, de jour ou de nuit, voire un week-end sur deux à l’hôpital. Avec un taux de natalité élevé, l’Ile-de-France est une région où l’on recrute fortement.
  • Le Bloc Opératoire : Cette spécialité est accessible après deux ans d’expérience professionnelle, au terme d’une formation de 18 mois. L’infirmier de bloc opératoire prend en charge l’accompagnement du patient, travaille en étroite collaboration avec le chirurgien lors de l’opération, coordonne les soins infirmiers et supervise l’équipement et le matériel au bloc opératoire. Il travaille en équipe pluridisciplinaire, de jour ou de nuit (les soins étant assurés 24h sur 24), voire un week-end sur deux, sur la base de 35h par semaine.
  • L’Anesthésie : Il est possible de devenir infirmier anesthésiste en se spécialisant après deux ans d’expérience professionnelle. Au terme de 24 mois de formation, l’infirmier anesthésiste travaille sous la responsabilité du médecin anesthésiste et se charge des soins d’anesthésie, de traitement de la douleur et de réanimation. Ce métier implique des qualités relationnelles, notamment pour informer et rassurer le patient sur le point de subir une opération. Il travaille en équipe pluridisciplinaire, de jour ou de nuit (les soins étant assurés 24h sur 24), voire un week-end sur deux, sur la base de 35h par semaine.

Salaires

Une infirmière/ un infirmier non spécialiste exerçant dans la fonction publique hospitalière perçoit 1583,53 € net par mois en début de carrière, hors primes, 2620,69 € en fin de carrière. Les primes peuvent aller jusqu’à 300 € mensuels. En libéral, une infirmière/ un infirmier gagne entre 1700 et 4000 € par mois en fonction du nombre d’heures travaillées.

Observation et recueil de données cliniques

Cette activité implique :

  • L’observation : de l’état de santé d’une personne ou d’un groupe, l’examen clinique de la personne dans le cadre de la surveillance et de la planification des soins, l’observation de l’hygiène du patient, de son niveau de conscience, de ses symptômes et signes pathologiques, de son comportement relationnel et social, psychologique et affectif, des réactions du patient et de son entourage face à la maladie ou à un problème de santé, la mesure du degré d’inquiétude, d’angoisse.
  • La mesure des paramètres : vitaux, corporels, du degré d’autonomie ou de la dépendance de la personne, de sa douleur, mesure de ses besoins et de ses ressources, de son degré de satisfaction quant à sa vie sociale, professionnelle et familiale.
  • Le recueil de données : facteurs de risques dans une situation de soins, expression de la personne pendant la réalisation de soins, données épidémiologiques.

Soins de confort et de bien-être

Cette activité comprend la réalisation de soins et d’activités liés à :

  • L’hygiène personnelle en fonction du degré d’autonomie de la personne, à son alimentation (choix et prise des repas, hygiène alimentaire, hydratation)
  • Au repos et au sommeil de la personne (réfection et hygiène du lit du patient)
  • A sa mobilité (aide au déplacement, changement de position…), au soulagement de sa douleur et à son bien-être psychologique (relaxation, estime de soi…)
  • Au maintien de ses fonctions mémorielles et cognitives.

Information et éducation de la personne, de son entourage et d’un groupe de personnes

Cette activité comprend :

  • L’accueil de la personne soignée et de son entourage (prise de contact, présentation…), l’écoute de la personne soignée et de son entourage (aide et soutien psychologique, médiation, informations progressives sur le problème de santé du patient, entretiens réguliers…).
  • La transmission d’informations et de conseils relatifs à la santé du patient (descriptif des soins et des interventions, vérification de la compréhension du patient, recueil de son consentement aux soins, conseils éducatifs et préventifs, conseils à l’entourage…).

Surveillance de l’évolution de l’état de santé des personnes

Cette activité comprend :

  • La surveillance : des fonctions vitales de la personne, la surveillance de personnes sous traitement ; ayant bénéficié d’examens médicaux ; porteuses d’appareillage (perfusion, cathéters, ventilation assistée…) ; de personnes en assistance nutritive ; de l’état cutané de patients (cicatrisation, pansements etc…) ; de personnes en phase pré et post opératoire ; de personnes en situation potentielle de risque pour elles-mêmes ou pour autrui ; de personnes en deuil, en fin de vie…

Soins et activités à visée diagnostique ou thérapeutique

Cette activité comprend :

  • D’une part la réalisation de soins à visée préventive : vaccinations, dépistage de risques, entretiens oraux, éducation thérapeutique, prévention des risques liés aux soins.
  • D’autre part la réalisation de soins à visée diagnostique : examen clinique, évaluation de la douleur, prélèvements biologiques, explorations fonctionnelles, enregistrement et lecture de tracés relatifs au fonctionnement des organes vitaux…
  • Et enfin, la réalisation de soins à visée thérapeutique : entretien, médiation, administration de médicaments et de produits, soins visant la fonction respiratoire, l’intégrité cutanée (plaies, pansements…), soulagement de la douleur, soins visant à la santé psychologique ou mentale, assistance du médecin en consultation…

Coordination et organisation des activités et des soins

Cette activité comprend :

  • L’organisation de soins et d’activités : élaboration et rédaction d’un projet de soins ou d’un projet de vie personnalisé, d’une démarche de soins infirmiers pour une personne ou pour un groupe, planification des activités dans une unité de soins pour un groupe de personnes, organisation de consultations, répartition d’activités et de soins entre les différents membres d’une équipe soignante.
  • La coordination des activités et le suivi des parcours de soins : avec les services prestataires (laboratoires, radiologie…), entre les différents lieux sanitaires, sociaux et médico-sociaux, entre les intervenants. L’infirmier veille également au contrôle et au suivi du cheminement des examens. Il intervient lors des réunions de coordination.
  • L’enregistrement des données sur le dossier du patient et les différents supports de soins : actualisation du dossier, recueil et enregistrement d’informations, de données cliniques et administratives, rédaction et actualisation de comptes rendus, de protocoles…
  • La transmission d’informations : transmission orale d’informations vers les médecins et les professionnels de santé, vers la famille et les proches de la personne soignée.

Contrôle et gestion de matériels, dispositifs médicaux et produits

Cette activité implique :

  • La préparation : de matériel ou de locaux (désinfection, stérilisation, remise en état, nettoyage…), du dossier du patient.
  • Le contrôle : de la propreté et de la stérilisation du matériel, son hygiène et sa qualité, de la fiabilité du matériel et des produits utilisés pour les soins.
  • La gestion des stocks : commandes de matériel, de produits pharmaceutiques, de dispositifs médicaux.

Formation et information de nouveaux personnels et de stagiaires

Cette activité comprend :

  • L’accueil de stagiaire ou de nouveau personnel : transmission d’informations et de conseils, de documents, présentation du service, contrôle du niveau de connaissance du nouveau venu, de ses acquis et de son projet professionnel.
  • La médiation auprès de l’équipe de travail : élaboration en équipe du projet ou du protocole d’encadrement du stagiaire ou nouveau personnel, transmission de conseils et d’informations aux membres de l’équipe de soins et de l’équipe pluridisciplinaire.
  • La formation de stagiaire ou de nouveau personnel : Réajustement des activités réalisées par des stagiaires ou des nouveaux personnels pour favoriser l’apprentissage, explications sur les modalités du soin, accompagnement et transmission des valeurs soignantes, interventions en institut de formation, démonstration de soins, contrôle des prestations des stagiaires et évaluation.

Veille professionnelle et recherche

Facette peu connue du métier, cette activité comprend :

  • La relation avec des réseaux professionnels (lecture de revues professionnelles, de travaux de recherche en soins, …).
  • La constitution et l’alimentation d’une base d’informations sur la profession d’infirmier, la recherche sur des bases de données existantes dans les domaines du soin et de la santé, des recommandations de bonnes pratiques.
  • La rédaction de documents professionnels et de recherche (études et travaux dans le domaine des soins, protocoles, procédures, …).
  • La réalisation de bilans sur les pratiques professionnelles (échanges avec ses pairs ou d’autres professionnels de santé).
  • La veille professionnelle et réglementaire.

(Sources : Activités détaillées établies d’après le Référentiel de compétences et d’activités des infirmiers, Bulletin officiel santé – protection sociale – solidarité)

Syndicat National des Professionnels Infirmiers (SNPI) :
http://www.syndicat-infirmier.com/

Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux (SNIL) :
http://www.sniil.fr/

Coordination Nationale Infirmière (CNI) :
http://syndicat-cni.org/

Fédération Nationale des Infirmiers (FNI) :
http://www.fni.fr/